Back to Top

Chauffage au bois et émissions de particules fines

Le 02/02/2018

Depuis plus de 15 ans, à l’initiative de l’ADEME, les professionnels du chauffage au bois se sont mobilisés pour mettre sur le marché des appareils de plus en plus performants et de plus en plus vertueux. Néanmoins, le chauffage au bois est encore parfois désigné comme l’un des principaux responsables des pics de pollution aux particules.

02/02/2018

Si le chauffage au bois utilisé dans les cheminées ouvertes a concouru historiquement à la pollution de l’air des villes et des campagnes, les progrès réalisés durant la décennie et les efforts d’accompagnement des pouvoirs publics au renouvellement du parc (crédit d’impôt conditionné aux performances des appareils) ont porté leurs fruits.

Ainsi en 10 ans, les émissions des particules les plus fines ont été réduites de 40 %, en grande partie grâce aux évolutions techniques réalisées sur les appareils et au renouvellement du parc vieillissant.

Aujourd’hui, la majorité des appareils vendus sur le marché français affichent un rendement 7 fois supérieur à celui d’une cheminée ouverte et des émissions de particules 30 fois inférieures. En associant la performance des appareils avec la qualité des combustibles, en particulier leur taux d’humidité, il est possible de diviser encore par 10 les émissions de particules d’ici 2030.

Source documentaire : BioEnergie International - décembre 2017

Partagez cette page sur les réseaux sociaux :