Back to Top

jean-antoine chaptal

Les racines locales d’une histoire d’importance.

Jean-Antoine Chaptal rétablit les Chambres de Commerce

Né à Nojaret, commune de Badaroux, le 3 juin 1756, Jean-Antoine Chaptal laisse une œuvre immense. Industriel, il fut nommé, le 21 janvier 1801, ministre de l'Intérieur de Bonaparte, au moment décisif de la réorganisation de la France. Chaptal ne peut être dissocié de l'œuvre du Consulat.

S'il fit accepter par Bonaparte la nouvelle organisation administrative de la France, son action en faveur du commerce et de l'industrie mérite d'être soulignée ici. Il fit en effet rétablir les Chambres de Commerce, qui existaient depuis Henri IV et qui avaient été supprimées le 27 septembre 1791 par l'Assemblée Constituante.

Ce fut fait le 3 nivôse An XI (24 décembre 1802). Il proposa leur rétablissement dans un beau rapport où l’on peut lire :

 « Les Chambres de Commerce furent créées surtout pour recueillir et faire parvenir au Gouvernement les besoins et les demandes du commerce. Ces institutions étaient sages ; elles étaient populaires et conservatrices de tout ce qui peut intéresser la prospérité du commerce. Avec elles, ont disparu cette surveillance de chaque jour, ces leçons de l'expérience, ces conseils donnés pour l'intérêt de chacun, et ces moyens féconds d'amélioration qui naissent de la connaissance des besoins et des ressources de chaque localité ».

Chaptal créa également la Société d'Encouragement pour l'Industrie Nationale, et fit établir le premier tableau général de l'activité industrielle. En 1804, Bonaparte se fait proclamer Empereur et Chaptal démissionne.

Grand serviteur de l’Etat ayant contribué à la grandeur de la nation française, il mourut le 30 juillet 1832.

Son fils, Jean-Baptiste, chimiste lui aussi, avait repris ses affaires. Il fut maire de Neuilly en 1813, Président de la Chambre de Commerce de Paris et juge au Tribunal de Commerce.